Réforme de la surveillance de santé périodique

L'AR du 14 mai 2019 modifie les modalités de la surveillance de santé périodique effectuée par les SEPP auprès des travailleurs. Quels sont les outils et principes mis en place par cette réforme ?

4 principes
L'AR ne bouleverse pas les éléments fondateurs de la surveillance médicale: les risques professionnels auxquels sont soumis les travailleurs constituent toujours la base pour l'organisation de la surveillance médicale.
La fréquence de contact entre le travailleur et l'équipe médicale ne change pas non plus. L'AR introduit cependant une alternance de contact entre le médecin du travail et le personnel infirmier. Le travailleur sera par ailleurs encouragé par son employeur à demander une consultation spontanée avec le médecin du travail s'il en ressent le besoin.

Un nouvel outil de prévention : le questionnaire
Lors de son entretien de prévention, qui se tiendra sous la responsabilité du médecin du travail, le personnel infirmier pourra s'appuyer sur un questionnaire médical. Ce questionnaire permettra à l'infirmier de détecter des situations de santé qui nécessitent un suivi particulier par le médecin du travail. Ce questionnaire contribuera à cibler et enrichir les campagnes de prévention et de promotion de la santé pour le personnel des entreprises affiliées au CESI.

Quels enjeux pour la prévention ?
En réalisant moins d'examens médicaux, le médecin du travail se rend disponible auprès des entreprises pour coordonner et diversifier les approches de prévention, Sa connaissance de l'entreprise, des postes de travail et donc des risques attachés s'en verra enrichie.

Le nouveau trajet de prévention

Pour en savoir plus

https://www.cesi.be/fr/a-la-une/surveillance-de-sante-periodique-ar-du-14-mai-2019-modifiant-le-code-du-bien-etre-au

 

03/10/2019
CESI